Ondes VS Santé, faut-il faire un choix ?

Discussion dans 'Astuces et Aide technique' créé par BLUELIGHT, 21 Avril 2016.

  1. BLUELIGHT

    BLUELIGHT Administrator Membre du personnel

    • Administrateur
    • Super Modérateur
    • Modérateur
    • Staff
    • Ne dort jamais
    Messages:
    19
    J'aime reçus:
    4
    Points:
    2
    Réputation:
    0

    Voici proposée, dans ce post, une prise de conscience collective mais aussi individuelle, sur les dangers de l’utilisation d’un réseau wifi, d’un réseau sans fil fort utilisé aujourd'hui pour se connecter à Internet chez soi, au bureau ou dans les lieux publics. Les effets des ondes wi-fi, les risques du wifi, les conséquences sur la santé…
    L’accès à Internet en Wi-fi est omniprésent et pas seulement dans les lieux publics mais aussi chez vous, particuliers.


    C’est un constat de ce qui nous entoure mais que nous ne voyons pas forcément impacter sur nous-même ou nos proches !
    Le rayonnement d’ondes WIFI (wireless fidelity) s’est vu être la seconde source de pollution hyperfréquence dans nos habitats modernes. Les valeurs de 10 à 20 V/m sont régulièrement relevées à proximité immédiate des routeurs ADSL. Le seuil de prévention est de 0,2 V/m (par un rapport Bioinitiative) et le seuil de sûreté est de 0,1 V/m, établi par les chercheurs indépendants.

    Ces chiffres nous montrent qu’aujourd'hui, 90% de nos habitations et nos lieux de vie sont plus ou moins gravement pollués par les ondes électromagnétiques.


    « Les câbles c’est moche ! » C’est un fait, ce n’est pas très design d’avoir des câbles traversant la maison ou l’appartement, ni très commode ! En revanche, l’avantage d’un câble RJ45 (câble Internet classique) ou d’un accès CPL (prise électrique), c’est que vous ne perdez pas de « débit », votre connexion est stable et au maximum, de plus c’est le moyen le plus sécurisé, avec un câble blindé ! Le Wi-fi, sans parler des risques potentiels sur la santé… est polluant !

    La toxicité est proportionnelle au temps d'exposition, mieux vaut éviter la connexion WI-FI et privilégier les connections Ethernet ou CPL. L'alternative à la WIFI peut donc être la liaison filaire et le CPL (Courant Porteur en Ligne) et peut-êtreaussi, l'avenir du transfert de données sans fil passe par la LIFI, une technologie LED biocompatible.

    De nombreuses personnes sont irradiées à leur insu par des objets et appareils connectés en WIFI. Elles ne feront pas toujours le lien entre l'atteinte d'une pathologie dégénérative et leur exposition journalière aux micro-ondes pulsées. Cette pollution électromagnétique fait des ravages et provoque l’électro-hypersensibilité.

    Electrosensibles, nous le sommes tous ! Par définition, c’est un être sensible aux ondes électromagnétiques traversant son environnement : Micro-ondes, 3G, Wifi, téléphones mobiles, réseau électrique…
    Immatériels, invisibles, ces ondes électromagnétiques ont envahi notre quotidien partout. Pour exemple : Un pays industrialisé compte des dizaines de millions de téléphones portables, voir beaucoup plus en comptant tous les outils numériques annexes reliés entre eux (ordinateur, tablette PC, modem ou routeur ADSL, assistant personnel (PDA), téléphone portable, imprimante, téléviseur, cadre photo numérique, vidéoprojecteur, décodeur canalsatellite, etc..).

    Cette pollution sournoise produit une électrocution croissante et régulière des organismes humains. Par conséquent, un nouveau phénomène apparait une nouvelle maladie: l’électro-hypersensibilité.
    Les victimes de ce nouveau phénomène ou syndrome sont évaluées de 3 à 6% de la population. Leur nombre est assurément plus élevé, au vue de ses manifestations diverses et variées, ex : Chaleur dans l’oreille, maux de tête, problème de sommeil, fatigue inexpliquée… Les victimes les plus atteintes, quand elles comprennent l’origine de leur problème, … sont contraintes à prendre de la distance avec les lieux d’exposition nocifs, se retrouvant fortement pénalisées que ce soit au niveau professionnel ou personnel !

    Quelques exemples de dangers potentiels à cause de la connexion Wi-Fi à méditer :

    Téléphoner en voiture ou en train est-il plus nocif ?

    Un portable en déplacement rapide ne cesse de chercher le relais le plus proche et émet donc presque en permanence à puissance maximale. C’est surtout le cas avec le GSM : «En 3G, un système de contrôle de puissance beaucoup plus performant permet de mieux gérer les changements de relais», rappelle l’Agence nationale des fréquences. Mais, dans tous les cas, gare à l’effet «cage de Faraday» : une structure métallique, habitacle ou wagon, emprisonne les champs électromagnétiques au lieu de les laisser circuler librement, ce qui les porte à des niveaux record (jusqu’à quatre fois supérieurs à la normale).

    Où faut-il porter son mobile ?

    Quand vous ne communiquez pas, votre portable signale sa position par des émissions, certes courtes (quelques secondes) et bien plus faibles que lors d’un appel, mais il est recommandé de l’éloigner de votre cerveau ou celui de vos proches.

    Au travail, laissez l’appareil sur votre bureau plutôt que dans une poche.
    En déplacement, gardez-le dans un sac ou une poche de manteau plutôt que de pantalon.
    Et, la nuit, posez-le à plus de 50 centimètres du lit, donc pas sur la table de chevet. Le mieux est encore de l’éteindre et de se racheter un réveil…


    Les enfants sont-ils plus exposés ?

    Pour des raisons anatomiques, oui. Pour une même utilisation que l’adulte, le cerveau des enfants est deux fois plus exposé aux radiofréquences que celui d’un adulte. «Leur crâne étant plus petit et plus fin, l’antenne est plus proche du cerveau, explique Elisabeth Cardis, une spécialiste. Et leur système nerveux en développement est plus sensible aux effets des ondes.»
    Or, à 10 ans, près de deux enfants sur trois possèdent un portable, et neuf sur dix à 12 ans. Les plus jeunes doivent aussi éviter de garder le portable dans la poche, car la chaleur accroît les risques de stérilité.


    A la maison, faut-il se rabattre sur le fixe ?

    C’est tout à fait indiqué, surtout si votre téléphone portable capte mal à domicile. Mais sachez que la base des appareils sans fil (norme DECT) émet des ondes tout aussi nocives : selon le Criirem (Centre de recherche sur les rayonnements électromagnétiques), ce rayonnement est constamment aussi élevé que celui des portables. Quant au DAS des combinés, qui n'est pas souvent mesuré, il est plus faible que sur un portable, mais jamais nul.


    Si vous avez des doutes ou des craintes pour votre santé, il est recommandé d’utiliser un branchement classique par cable RJ-45, blindé pour vous connecter à Internet via votre modem, routeur ou Box mais garder tous vos appareils numériques reliés devient presque une impossibilité sans Wi-fi. Il faut peut-être faire un choix pour vous, pour vos proches, la prise de conscience démarre d’un individu, à sa famille, à son pays, à sa communauté, …

    Pour vous donner une idée sur la dangerosité des ondes qui nous entourent et nous traversent, … voici quelques informations pertinentes :

    · l'OMS a classé les ondes électromagnétiques type GSM et Wi-fi comme« possiblement cancérigène » (groupe « 2B »), à l'instar de la laine de verre, le bisphénol-A ou les vapeurs d'essence.

    · Dans une étude Interphone montre qu’une utilisation du téléphone portable de 27 minutes par jour pendant 10 ans augmente le risque de cancer du cerveau de 40%.

    . L’exposition nocive du Wi-fi ne se mesure par rapport à la puissance de son émission mais plutôt par rapport à la fréquence des ondes qu’il génère. La limite seuil de 0,6V/m ne concerne que le GSM et non le Wi-fi, ni la 3G et le danger vient de la nature de l'onde (du signal), en l'occurrence une large bande d'extrêmement basses fréquences, envoyés sur une porteuse micro-ondes de ~ 2 450Mhz. Or, contrairement aux ondes du Soleil, une exposition aux ondes de type téléphonie mobile (téléphone portable, antenne-relais 3G, Wimax, téléphones Dect, Wi-fi, Bluetooth...) est par définition une surexposition. Ainsi, bien qu'à faible puissance électrique (0,1W env.), la fréquence des émissions Wi-fi (~2450Mhz) correspond à la fréquence d'agitation des molécules d'eau, utilisée dans les fours micro-ondes (à une puissance 5 000 fois moindre mais à l'air libre !)
    Celui-ci est particulièrement toxique car émis en permanence en pulsation d'ondes d'extrêmement basses fréquences (ELF).
    Ces ondes micro-ondes et ELF perturbent l'activité électrique du cerveau (interaction au niveau des ondes Alpha du rythme cérébral, par perturbation de la conscience apaisée) mais aussi le système immunitaire et endocrinien (mélatonine et sommeil, acétylcholine et mémoire - apprentissage).
    Les conséquences en sont une agression biologique de type stress oxydatif, décrit par la médecine militaire depuis les années 1960.

    · D'autres études récentes démontrent une diminution et un appauvrissement de la qualité séminale sous exposition au Wi-fi, des troubles comportementaux et de la mémoire, des risques augmentés d'Alzheimer, de leucémies et de cancer.

    A travers certaines questions, on voit la pertinence des études minutieuses réalisées parfois qui restent trop souvent peu exposées médiatiquement alors que l’intérêt de ces révélations devraient changer les mentalités des industriels et faire réagir les gouvernements dans leurs politiques car après tout, ne sont-ils pas au service du peuple qui les ont élus ?...

    · "Le problème ne vient pas tant des antennes-relais que du téléphone portable. Il faudrait vivre cinquante ans à proximité d'une antenne-relais pour être exposé au même niveau d'ondes qu'une personne qui téléphone une demi-heure par jour avec son téléphone mobile"
    - FAUX. Cette contre-vérité, issue de l'industrie et reprise par quelques politiques complaisants, ignore à la fois les études sur les effets athermiques cumulatifs et le simple bon sens ! En effet, l'émission d'une antenne-relais reçue à 1V/m pendant 24 heures ne saurait être à ce point moins toxique qu'un téléphone émettant 15V/m pendant une demi-heure !
    S'agissant du GSM, le récapitulatif des études ont défini un seuil à 0,6V/m biologiquement acceptable (voir le rapport BioInitiative).
    Mais pour la 3G, le Wi-fi ou la 4G ou encore le Wimax, en raison des fréquences utilisées (de 2100 à 2450 Mhz) et de la densité de données transmises (image, musique, vidéo), des études montrent que même une exposition très faible occasionne des dysfonctionnements biologiques, tels que les troubles cardiaques, l'infertilité, Alzheimer et même l'autisme et quoiqu'il arrive des ruptures d'ADN !!!!

    La littérature scientifique contient des centaines d'études publiées en comité de lecture et NON contestées qui démontrent les effets biologiques de la téléphonie mobile. Le paradoxe est que d'anciens militaires victimes de maladies électromagnétiques touchent des pensions, maladies dont l’existence est niée pour la téléphonie mobile…

    · "Les téléphones les plus modernes et la 4G nous expose aujourd'hui beaucoup moins que la 2G avec les anciens téléphones, alors pourquoi s'inquiéter ?"
    - FAUX, il s'agit d'une contre-vérité véhiculée par les industriels ! Vous pouvez vérifier dans n'importe quelle ville l'intensité en V/m (volts par mètre) de l'exposition aux ondes 3G et 4G en la comparant à celle des ondes 2G pour vous rendre compte de cela. En outre, les ondes 3G (augmentation de la fréquence à 2100Mhz contre 900 / 1800Mhz pour la 2G) ont été qualifiées de génotoxiques (ADN brisé, non réparé) par un rapport européen de 2004, le rapport REFLEX, à l'époque du déploiement de la 3G.

    NB : La 4G dépasse les 2600Mhz…


    En France, ce n’est qu’en 1991 que la consommation de tabac sur les lieux publics a été interdite et la loi de janvier 2008 pour l'interdiction de fumer en discothèque et dans les bars / restaurants. Croyez-vous honnêtement que cela aurait pris autant de temps si le tabac, deux siècles après son arrivée en France, n'était pas une industrie au chiffre d'affaire mondial de 742 milliards de dollars ?

    Pour information, l'industrie de la téléphonie mobile, qui n'a que 20 ans, représente, à elle seule, un chiffre d'affaire de 1000 milliards de dollars...

    A quand des mesures concrètes contre la nocivité des ondes Wi-Fi, …

    https://resistanceauthentique.wordp...t-ils-les-mettent-dans-des-ecoles-sans-wi-fi/
     
    tuba, Tym et Lighthammers aiment ça.
  2. feloussi

    feloussi Adept

    Messages:
    1
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Réputation:
    0
    merci pour l'information
     
  3. tuba

    tuba Adept

    Messages:
    2
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2
    Réputation:
    0
    Oui merci, c'est bien de connaître les dangers et les limites dans ce domaine!!! Et comme cela est si bien démontré, l'industrie donc l'argent n'a que faire de la santé publique mais peut on vraiment lutter contre le système sinon être vigilant pour ses proches et soi-même!! Remettre en cause le mythe du progrès...question philosophique intéressante...!!
     
    BLUELIGHT et Lighthammers aiment ça.

Partager cette page